Strasbourg

Y aller

La Cathédrale

Cathédrale de Strasbourg

La Petite France

Petite France par Bichot from Paris

Le quartier le plus emblématique de Strasbourg, Venise de l’Est, la petite France allie étendues d’eaux calmes des trois bras de l’Ill dans lesquelles se mirent les façades de nombreuses maisons à pans de bois, et eaux bruissantes s’écoulant dans un système d’écluses, de pont tournant C’est un  paysage amphibie agrémenté de saules pleureurs, d’arbres patrimoniaux et de cygnes dérivants. C’est à la fois un quartier d’anciens de meuniers utilisant l’énergie d’une chute de l’Ill, de pêcheurs et surtout de tanneurs dont l’activité mobilise beaucoup d’eau. Leurs maisons se caractérisent par un toit en escalier ménageant de longues lucarnes destinées au séchage des peaux. La récupération du tanin transformé en combustible bon marché le lohkäs a laissé son nom à l’une des winstub les plus connues du quartier. A la réputation malodorante de la petite France s’ajoute celle d’un quartier malsain siège d’un hôpital « zum Französel » où l’on soignait les syphilitiques, maladie introduite par les soldats français. Strasbourg ville de garnison a compté plusieurs milliers de soldats dans sa longue histoire frontalière.
 Ce fut aussi le quartier des Glacières de Strasbourg alimentant en pains de glace les industries agro alimentaires de la ville. Des éléments de ce bâtiment industriel en fonction jusqu’en 1990 sauvegardé par des initiatives citoyennes, sont conservés dans les locaux de l’hôtel de luxe le Régent Petite France. Le dispositif fluvial est complété par le barrage Vauban appelé aussi grande écluse. Long bâtiment édifié en 1690 sur toute la largeur de l’Ill, équipé de vannes, cet aménagement permettait d’inonder l’amont du cours de l’Ill et de rendre la ville imprenable. Il vient doubler la défense médiévale des Ponts Couverts dont seules les tours du XIIIème siècle  sont en brique autrefois reliées entre elles par des passerelles en bois recouvertes d’une large toiture. Site de défense également pour le bâtiment de l’ancienne commanderie des chevaliers de Saint Jean de Jérusalem du XVIème devenue aujourd’hui l’ENA. Le MAMCS de Strasbourg bâtiment contemporain occupe aussi une partie de ce site d’exception et offre une vue imprenable sur l’ensemble du quartier, cathédrale en perspective, à partir de la terrasse de l’Art Café.

Petite France Avant Après


Un coup d’œil sur les photos "avant/après" permet d’apprécier les transformations du quartier resté dans le souvenir des anciens strasbourgeois quartier insalubre malodorant infesté de rats. La réhabilitation est amorcée par l’assainissement du quartier, complété par sa piétonisation en  1976 et la desserte par le tram en 1994.En partie épargné par les destructions de l’histoire et des promoteurs ce quartier offre un lieu de promenade où les pontons des lavandières sont remplacés par les terrasses de restaurant à fleur d’eau fréquentés par un nombre toujours croissant de toutristes.

La Neustadt

Neustadt par By Cayambe (Own work) [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0) or GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html)], via Wikimedia Commons

Un héritage de la période allemande.

La Neustadt (littéralement « nouvelle ville »), également appelée quartier allemand ou quartier impérial, est l'extension de la ville de Strasbourg réalisée par les autorités allemandes pendant la période de cession de l'Alsace-Lorraine. Elle se situe au nord et au nord-est du centre historique de la ville. Sa construction, à partir des années 1880, jusqu'au début de la Première Guerre mondiale permet à Strasbourg de tripler sa superficie. Plus qu’un simple quartier résidentiel ou une cité-dortoir, c’est une véritable seconde ville à côté du centre historique.
Par ailleurs la Neustadt de Strasbourg est souvent considérée comme le meilleur témoignage de l'architecture et de l'urbanisme germanique impérial qui n'existe plus ou peu en Allemagne, du fait des bombardements de la Seconde Guerre mondiale
Le plan de la Neustadt est, en partie, de type haussmannien. Elle est encerclée par une ceinture de boulevards « Ring »et de longues avenues permettent de relier plusieurs places monumentales (places de la République, de l'Université, de Haguenau, de Bordeaux, Arnold). Plusieurs axes débouchent également sur de longues perspectives comme l'avenue de la Liberté qui relie la place de la République, symbole du pouvoir, à la place de l'Université, symbole du savoir, et qui constitue le cœur de la Neustadt ou encore les avenues des Vosges et de la Forêt-Noire axe de 3 km qui relie la ville au pont du Rhin
Le style architectural de la Neustadt est éclectique et se caractérise par les présences de style néo (néo-renaissance, néo-gothique, néo-classique, néo-roman et même néo-byzantin) ainsi que du style art nouveau (« Jugendstil »).Elle comporte immeubles villas et logements sociaux mêlant dans un quartier « pittoresque » des fonctions variées : administrations églises écoles commerces, le tout dans un équipement et une hygiène moderne (eau courante et gaz à tous les étages, bains municipaux)

La Neustadt mal aimée.

La Neustadt,définitivement associée à « l'envahisseur allemand » est décriée comme un modèle de l’architecture prussienne pompeuse . En 1957, il a même été question de démolir le palais du Rhin, dans lequel s'était installée la Kommandantur durant la Seconde Guerre mondiale. Mais on assiste aujourd’hui à un changement de regard pour convenir que l’éclectisme était à la mode des deux côtés du Rhin et que la décoration du palais du Rhin emprunte plus au XVIIIème siècle et à l’Italie de la Renaissance qu’au registre prussien.

La Neustadt réhabilitée.

En 1988, la fontaine de Janus a été placée entre la place Broglie et la place de la République, un visage regarde vers la Vieille Ville et l'autre vers la Neustadt
Symboliquement c’est en 2014 que le palais universitaire a même retrouvé les statues d'Argentina (représentant Strasbourg) et de Germania (représentant l'Allemagne) dont il avait été dépouillé en 1918.
En janvier 2016, la ville de Strasbourg et le ministère de la Culture ont déposé une demande d'extension du périmètre inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO à une partie de la Neustadt. La candidature est intitulée « De la Grande-Île à la Neustadt » est retenue le 9 juillet 2017

Pour une visite en autonomie, une appli "Neustadt de Strasbourg", éditée par la structure administrative Grand Est, est disponible pour les smartphones.

Les Institutions européennes

By Niko67000 (Own work) [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons

Strasbourg accueille les sièges de très nombreuses institutions :

Parlement Européen, Conseil de l'Europe, Cour Européenne des droits de l'Homme sont très largement connus.

D'autres sont moins célèbres, la Pharmacopée Européenne, l'Observatoire européen de l'audiovisuel, le Système d'information Schengen...

Beaucoup se visitent, parfois à condition de s'y prendre bien à l'avance.

Les informations pratiques sont sur le site www.strasbourg-europe.eu